CARTES

AVIS

  • › Quartier recommandé
    •  Oui
    •  Non

Transports

  • › Transports en commun
    •  Très bien desservi. Proche de tout.
    •  Bien desservi.
    •  Correctement desservi.
    •  Mal desservi.
    •  Très mal desservi. Loin de tout.
  • › Circulation routière
    •  Circulation très agréable. Jamais de bouchons.
    •  Circulation facile et agréable.
    •  Circulation praticable.
    •  Circulation chargée.
    •  Circulation dangereuse. Bouchons quotidiens.
  • › Stationnement
    •  Stationnement souvent libre et ample.
    •  Il y a toujours une place dans la rue.
    •  On trouve une place facilement et pas trop loin.
    •  Difficile de trouver une place.
    •  Un cauchemar pour se stationner. Il manque cruellement de places de stationnement.

Cadre de vie

  • › Sécurité
    •  Je m’y sens en sécurité à toute heure du jour et de la nuit.
    •  Le quartier est sûr.
    •  Je n'ai pas eu connaissance de problèmes de sécurité. Le lieu me semble sûr.
    •  Un peu d'insécurité. Quelques incivilités ou manque d'éclairage public.
    •  Je ne m'y sens pas en sécurité. Le manque de sécurité est un problème préoccupant.
  • › Tranquilité de la rue
    •  Tranquilité absolue. On se croirait dans un temple bouddhiste.
    •  Il arrive de façon très exceptionnelle qu'il y ait du bruit.
    •  Peu de bruit provenant de la rue et de la circulation.
    •  Souvent bruyant.
    •  Très bruyant. Le chantier continuel.
  • › Qualité de l'air
    •  L'air est frais et sain. Comme en haute montagne.
    •  Bonne qualité de l'air.
    •  Qualité correcte de l'air.
    •  L'air est pollué.
    •  L'air est très pollué limite irrespirable
  • › Propreté et mobilier urbain
    •  Environnement exceptionnel. Une vraie carte postale.
    •  Environnement propre et bien entretenu.
    •  Environnement correctement entretenu.
    •  Environnement dégradé et pas assez entretenu.
    •  Environnement pourri et délabré.
  • › Voisins et habitants
    •  Voisins ou habitants sympathiques et chaleureux. Entraide régulière.
    •  Bonne entente avec les voisins ou les habitants. Entraide occasionnelle.
    •  Contacts cordiaux avec les voisins ou les habitants.
    •  Pas de contacts avec les voisins et les habitants. Anonymat complet.
    •  Voisins ou habitants agressifs et méchants.
  • › Réputation du quartier
    •  Tout le monde rêve de vivre ici.
    •  Beaucoup de bien en est dit.
    •  Connu ni en bien ni en mal.
    •  Image dégradée du lieu.
    •  Personne ne veut vivre ici.

Loisirs et commerces

  • › Culture ou sport
    •  Je sors systématiquement dans le quartier à pied.
    •  Je sors souvent dans le quartier.
    •  Je sors aussi souvent dans le quartier que dans un autre quartier.
    •  Je sors souvent dans un autre quartier.
    •  Rien à faire! Je sors systématiquement dans un autre quartier.
  • › Espaces verts et verdure
    •  La végétation est omniprésente. Le quartier est un jardin à lui tout seul.
    •  Les rues sont bordées d'arbres. Un vrai parc où aller courir.
    •  De la végétation un peu partout.
    •  Quelques arbres. Beaucoup de béton et d'infrastructures.
    •  Absence totale de végétation. Au mieux des pots de fleurs sur les balcons.
  • › Commerce alimentaire
    •  Je fais systématiquement mes courses à pied.
    •  Je fais souvent mes courses à pied.
    •  Je fais uniquement mes achats de dépannage à pied.
    •  Je fais souvent mes courses en voiture.
    •  Je fais systématiquement mes courses en voiture.
  • › Restaurants, cafés et bars
    •  Je sors systématiquement dans le quartier à pied.
    •  Je sors souvent dans le quartier.
    •  Je sors aussi souvent dans le quartier que dans un autre quartier.
    •  Je sors souvent dans un autre quartier.
    •  La zone! Je sors systématiquement dans un autre quartier.
  • › Prix des magasins
    •  Prix très bons marchés.
    •  Prix bons marchés.
    •  Prix corrects.
    •  Prix élevés.
    •  Hors de prix.

INFOS LOCALES

Partager:
Commune : Montreuil / Quartier : Branly - Boissière
Carte : Habitants - Revenu moyen

Montreuil - Branly - Boissière

Titre img
Branly, Boissière est un quartier animé de la commune de Montreuil (93100). Les 10210 habitants sont en majorité des familles. Ils sont très jeunes, plutôt locataires de leur logement (61 %) et ont des revenus moyens (26300 euros par ménage). Le ...
Titre img
Branly, Boissière est un quartier animé de la commune de Montreuil (93100). Les 10210 habitants sont en majorité des familles. Ils sont très jeunes, plutôt locataires de leur logement (61 %) et ont des revenus moyens (26300 euros par ménage). Le quartier est plutôt calme (0,3 restaurants, cafés et bars tous les 100m) et il y a des commerçants (1,3 tous les 100m). Il y a très peu de généralistes (5100 hab./généraliste).
La taxe d'habitation, payée par l'occupant locataire ou propriétaire, est élevée (24 %) et la taxe foncière y compris ordures ménagères est moyenne (34 %). Le maire est Patrice BESSAC.
Le climat est très sec (629 mm par an) et peu ensoleillé (1718 heures par an). La commune est fleurie et a reçu le label 'Villes et Villages Fleuris' avec deux fleurs (sur quatre).

Les points clés du quartier

Revenu moyen
26300 euros
Crèches, écoles et lycées
9,7 étab./km²
Taxe habitation
27 %
Commerces
1,3 tous les 100m
Logement social HLM
27 %
Type de quartier
Animé
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Défaut (© Kel Quartier)
Aucun avis

Les avis des habitants du quartier

Pas encore de recommandandation pour le quartier

Rechercher un lieu

 Chargement en cours
Agrandir la carte

Revenu moyen

Euros
                       
>50 000
Revenus aisés
<20 000
Petits revenus
Source : estimation Kelquartier sur la base de l'Insee-DGFiP 2009 (le plus récent)

Immobilier - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Immobilier Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Taxe habitation 27 % 27 %
Taxe foncière (yc TEOM) 32 % 32 %
Logement social HLM 27 % 33 %
Propriétaires (vs. locataires) 39 % 35 %
Résidences secondaires 1 % 1 %
Ancienneté du logement 1963 1962
Logements vacants 6 % 5 %
Absence de chauffage central 16 % 24 %
Petites surfaces (<40 m2) 19 % 25 %
Cotisation Foncière des Entreprises 39 % 39 %
Taxe professionnelle 46 % 46 %
Densité de logements 36 log./ha 51 log./ha
Type de maison Appartements et maisons de ville   NA

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Taxe habitation - Montreuil - Branly - Boissière. La taxe d'habitation est de 27 %

Bon à savoir : La taxe d'habitation que vous allez payer varie très fortement d'une commune à l'autre et dépend de la situation financière de la commune comme de ses autres recettes notamment auprès des sociétés.
Les plus privilégiés sont les habitants des communes avec de nombreuses sociétés comme Paris et La Défense (Puteaux et Courbevoie) qui récoltent beaucoup avec la CET (anciennement taxe professionnelle) et peuvent se permettre d'avoir une des taxes d'habitation les plus basses de France.
Définition : La taxe d'habitation est un impôt payé en novembre de chaque année par toute personne qui occupait un logement au 1er janvier de l'année.
C'est-à-dire payée par le locataire (même s'il a déménagé depuis) ou à défaut le propriétaire. La taxe d'habitation est le seul impôt directement payé par le locataire car c'est le propriétaire qui paye la taxe foncière et la taxe d'enlèvement sur les ordures ménagères, cette dernière étant normalement incluse dans les charges du locataire.
La taxe d'habitation est calculée en multipliant le taux d'imposition à la valeur locative du bâtiment (qui n'a presque pas bougé depuis 40 ans) moins les abattements.

Taxe foncière (yc TEOM) - Montreuil - Branly - Boissière. La taxe foncière y compris la taxe d'enlèvement des ordures ménagères est de 32 %

Bon à savoir : Si vous êtes locataire vous n'êtes concerné que par la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui est déjà incluse dans les charges que vous payez chaque mois.
En tant que propriétaire, la taxe foncière que vous allez payer varie très fortement d'une commune à l'autre et dépend de la situation financière de la commune comme de ses autres recettes comme la taxe d'habitation et la CET payé par les sociétés.
Comme pour la taxe d'habitation, les plus privliégiés sont les habitants des communes avec de nombreuses sociétés comme Paris et La Défense (Puteaux et Courbevoie) qui récoltent beaucoup avec la CET (anciennement taxe professionnelle) même si les taux ont très fortement augmenté ses dernières années.
Définition : La taxe foncière est un impôt local réclamé au propriétaire et payé en octobre de chaque année.
L'avis d'imposition de la taxe foncière s'accompagne de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui à l'inverse de la taxe foncière peut être réintégrée dans les charges du locataire. Cet impôt finance les communes aux côtés de la taxe d'habitation payé par le locataire ou, en cas d'absence de locataire, par le propriétaire et la CET payée par les entreprises.
La taxe est calculée sur la base de la valeur locative du bien et en cas de résidence principale, cette base d'imposition est diminuée d'abattements en fonction de la taille de la famille et de ses revenus.

Logement social HLM - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage d'HLM est de 27 %

Bon à savoir : Le taux d'HLM en France est proche de 20% soit l'équivalent du seuil de mixité social imposé aux grandes communes. La présence d'HLM favorise la mixité sociale qui est un critère apprécié par les Français lorsqu'ils jugent le quartier où ils ont habité.
Néanmoins, il existe de grandes disparités d'une commune à l'autre : certaines communes n'ont aucun HLM alors que d'autres en possèdent une majorité écrasante.
Ces communes semblent souvent une population socialement homogène que certains décideurs n'ont pas hésité à appeler avec controverse des « ghettos de riches » et des « ghettos de pauvres ».
Définition : Une habitation à loyer modéré (HLM) est un logement destiné aux familles de ressources modestes et qui bénéficie d'un financement public.
La France compte 4,5 millions de logements sociaux qui représentent près de la moitié du marché locatif. Les HLM hébergent plus de 12 millions de Français.

Propriétaires (vs. locataires) - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de propriétaires est de 39 %

Bon à savoir : Une mixité de propriétaires et de locataires est souvent conseillée pour garantir un bon entretien de l'immeuble et est souvent synonyme d'attractivité du quartier.
En effet, plus les propriétaires sont nombreux, plus la probabilité que l'immeuble soit bien entretenu est élevée, les propriétaires étant incités à investir dans leur immeuble afin d'améliorer leur qualité de vie de tous les jours.
A l'inverse, dans les quartiers où on trouve une majorité de locataires, il est souvent reproché aux propriétaires un manque d'entretien des immeubles, le plus visible étant une absence du ravalement de la façade de rue. La logique financière ayant pris le pas sur le bon vivre notamment quand les propriétaires sont des particuliers plus sensibles au court terme et non des institutionnels qui peuvent investir dans la durée.
Attention à ne pas privilégier néanmoins les quartiers qui ne concentrent que des propriétaires souvent synonymes d'isolement et de manque d'attractivité.
Définition : Propriétaires (vs. locataires) correspond au pourcentage de personnes résidant dans le quartieret qui sont propriétaires de leur logement.

Résidences secondaires - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de résidences secondaires est de 1 %

Bon à savoir : Les résidences secondaires sont particulièrement nombreuses dans les zones touristiques du littoral et en zone rurale. Elles attirent surtout des propriétaires extérieurs à la région souvent franciliens et provenant des départements limitrophes. Un propriétaire occupe sa résidence secondaire en moyenne 7 week-ends par an pour un total de 30 jours par an.
Un fort taux de résidences secondaires montre que la zone est attractive et touristique, que l'économie locale s'organise autour de celle-ci et que la zone animée pendant les périodes estivales (littoral), hivernales (montagne) et pendant les vacances.
A Paris, on trouve très peu de résidences secondaires pour la plupart appartenant à des étrangers notamment dans le Triangle d'Or (Paris 8e) et les îles Saint Louis et de la Cité (Paris 4e). L'augmentation des prix immobiliers de ses dernières années n'est pas donc pas due aux achats de biens immobiliers par les étrangers.
Définition : Les résidences secondaires sont des logements utilisés par leurs propriétaires pour les week-ends, les loisirs et les vacances. Sont également considérées comme résidences secondaires les logements meublés loués et à louer pour des séjours touristiques.

Ancienneté du logement - Montreuil - Branly - Boissière. La date moyenne de construction des logements est de 1963

Bon à savoir : La mixité au sein d'un quartier d'immeubles anciens et neufs est synonyme de dynamisme et d'une histoire. Cette mixité est un critère apprécié par les Français lorsqu'ils jugent le quartier où ils ont habité.
Les quartiers composés uniquement d'immeubles anciens où la protection du patrimoine est exacerbée peut être vécue comme une création d'un décor infantile pour touristes, comme si l'on se trouvait à Disneyland où les habitants se baladent au milieu d'une maquette géante.
A l'inverse, les quartiers composés uniquement d'immeubles neufs peuvent être dépourvus dans l'immédiat d'emplois, de commerces de proximité, de crèches, d'écoles et de transports en commun de même qu'ils attirent souvent un seul type population, souvent les jeunes familles avec enfants ne répondant pas aux besoins des autres populations.
Définition : La date de construction correspond à la moyenne des medianes des dates de construction de chaque logement.

Logements vacants - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de logements vacants est de 6 %

Bon à savoir : Dans les villes, un taux de logements vacants non-nul atteste souvent d'un dynamisme de quartier où les habitations se renouvellent régulièrement.
Au contraire, dans les zones rurales où le taux de logements vacances est élevé, les habitations sont souvent laissées à l'abandon. Au niveau de la France, la moitié des logements vacants sont laissés en ruine.
Définition : Un logement vacant est un logement inoccupé se trouvant dans l'un des cas suivants :
- proposé à la vente, à la location ;
- déjà attribué à un acheteur ou un locataire et en attente d'occupation ;
- en attente de règlement de succession ;
- conservé par un employeur pour un usage futur au profit d'un de ses employés ;
- gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire (exemple un logement très vétuste...).

Absence de chauffage central - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de logements sans chauffage central est de 16 %

Bon à savoir : Le chauffage central est un élément de confort très important qui contribue à la qualité interne du logement aux côtés de la présence de WC et de salle de bain (confort sanitaire).
On trouve une absence de chauffage central dans les petits logements d'immeubles anciens et dans les résidences secondaires qui privilégient un chauffage dit tout électrique souvent plus onéreux et le combustible au bois.
Si le chauffage est électrique, il est important que l'installation soit encastrée et les fils protégés. 95% des résidences principales en France possèdent un chauffage central.
Définition : Le chauffage est dit central lorsqu'il est collectif c'est-à-dire commun aux logements de l'immeuble et lorsqu'il est individuel c'est-à-dire s'il est propre au logement, et ce indépendamment du type de combustible.
Le chauffage « tout électrique » à radiateurs muraux, la cuisinière chauffante et les cheminées ne sont pas considérés comme du chauffage central.

Petites surfaces (<40 m2) - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de petites surfaces (<40 m²) est de 19 %

Bon à savoir : La surface est l'élément clé du confort d'un logement. Un Français dispose en moyenne de 40 m² mais les hétérogénéités sont fortes entre les zones et entre les types de populations.
A moins de 18 m² par personne, le logement est alors surpeuplé et c'est les jeunes qui davantage par le surpeuplement. Les centre-ville et les zones étudiantes sont souvent des quartiers de petits logements au confort limité.
Plus l'âge augmente, plus la surface habitée est grande. Plus la ville est grande notamment Paris avec ses 32 m² par habitant, plus la surface diminue. Une personne seule dispose également en moyenne de 30 m² de plus qu'un cohabitant.
Définition : Les petites surfaces correspondent aux résidences principales dont la surface est inférieure à 40 m².

Cotisation Foncière des Entreprises - Montreuil - Branly - Boissière. La Contribution économique territoriale payée par les entreprises est de 39 %

Bon à savoir : La Contribution Economique Territoriale (CET) est le nom de la taxe payée par les entreprises remplaçant l'ancienne taxe professionnelle supprimée en 2009.
C'est un élément clé du budget d'une commune. Les plus privilégiés sont les habitants des communes avec de nombreuses sociétés comme Paris et La Défense (Puteaux et Courbevoie) qui récoltent beaucoup avec la CET et peuvent se permettre d'avoir une des taxes d'habitation les plus basses de France.
Définition : La Contribution Economique Territoriale (CET) est la somme de deux cotisations :
- la cotisation foncière des entreprises (CFE) ;
- la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).

Taxe professionnelle - Montreuil - Branly - Boissière. L'ancienne taxe professionnelle était de 46 %

Bon à savoir : La taxe professionnelle a été supprimée en 2009 mais a été remplacé par la Contribution Economique Territoriale (CET) toujours payée par les entreprises.
La CET est désormais un élément clé du budget d'une commune. Les plus privilégiés sont les habitants des communes avec de nombreuses sociétés comme Paris et La Défense (Puteaux et Courbevoie) qui récoltent beaucoup avec la CET et peuvent se permettre d'avoir une des taxes d'habitation les plus basses de France.
Définition : La taxe professionnelle de la commune était payé par les entreprises jusqu'en 2009 et a été depuis remplacé par la Contribution Economique Territoriale (CET).

Densité de logements - Montreuil - Branly - Boissière. La densité de logements est 36 log./ha

Bon à savoir : La densité de logements contribue à augmenter la qualité de vie en permettant la présence d'un bon tissu de commerces de proximité et d'un réseau de transport en commun efficace.
Une ville écologique a une densité élevée luttant contre l'étalement urbain et les déplacements « tout voiture » caractéristiques d'une faible densité.
Trop dense, une ville peut néanmoins devenir étouffante si elle ne laisse pas de place suffisante aux piétons en créant des espaces de vie avec ses trottoirs, places et jardins.
A l'inverse, une faible densité en ville montre soit la présence de bureaux, d'industries et de maisons individuelles soit que l'urbanisation n'est pas homogène et que de nombreux espaces vides et de transitions existent. Ces zones sont caractéristiques de déplacements « tout voiture » et d'une faible présence de commerces de proximité.
Une attention toute particulière doit être faite aux espaces vides et de transitions (rues, promenades, square, loggia, patio,?) qui influe sur la perception de la densité. C'est ainsi que la densité est souvent perçue comme élevée dans les grands ensembles, tours et barres, alors qu'elle bien inférieure aux densités des centre-villes.
Définition : La densité de logements correspond au nombre de logements par hectare.

Type de maison - Montreuil - Branly - Boissière. En un mot, le type logement est : Appartements et maisons de ville

Bon à savoir : En croisant toutes les données d'immobilier, nous pouvons identifier certains types de quartier :
- le centre-ville, dense et animé ;
- les quartiers composés uniquement de locataires ;
- les quartiers avec également des maisons de ville ;
- les zones récentes avec des maisons individuelles ;
- les zones plus anciennes avec des maisons individuelles ;
- les zones laissées à l'abandon ;
- les zones de résidences secondaires.
Il est intéressant de situer le centre-ville et sa distance par rapport à son quartier et de comprendre quelles sont les zones plates (maisons) et de tourisme (résidences secondaires).
Définition : Kel Quartier a réalisé une typologie automatique des quartiers et des communes sur la base des caractéristiques des logements, leur ancienneté, la part de propriétaires et leur densité.
Kel Quartier a retenu 7 types de logements à savoir le centre ville, à louer, les appartements et maisons de ville, les maisons récentes, les maisons anciennes, à l'abandon et les résidences secondaires.

Habitants - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Habitants Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Revenu moyen 26300 euros 26200 euros
Chômage 18 % 17 %
Age moyen 35 ans 36 ans
Densité de population 9330 hab/km² 11570 hab/km²
Croissance démographique -1 % 1 %
Enfants et adolescents 29 % 26 %
Transport vers lieu de travail 42 % 32 %
Bacheliers 38 % 43 %
Lieu de travail 25 % 25 %
Taux de fécondité 11 % 11 %
Rentes, retraites, etc. 6100 euros 6500 euros
Ménages imposés 60 % 62 %
Personnes âgées 13 % 15 %
Cadres 42 % 49 %
Employés et ouvriers 58 % 51 %
Retraités 11 % 13 %
Taille moyenne des ménages 2,8 hab./ménage 2,4 hab./ménage

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition :

Chômage - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux de chômage est de 18 %

Bon à savoir : Cette mesure est complexe. Les frontières entre emploi, chômage et inactivité ne sont pas toujours faciles à établir. - En cours de rédaction
Définition :

Age moyen - Montreuil - Branly - Boissière. L'âge moyen est de 35 ans

Bon à savoir : Cette donnée permet d'identifier les quartiers les plus dynamiques (les plus jeunes) ou les plus calmes avec généralement les structures sociales, sportives et culturelles adptées à la population. - En cours de rédaction
Définition :

Densité de population - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 9330 hab/km²

Bon à savoir : La densité de population caractérise le niveau d'occupation du quartier par des habitations (à défaut de parcs ou d'avenues aérées) ainsi que la taille des habitats collectifs (bâtiments de 3 ou 15 étages). - En cours de rédaction
Définition :

Croissance démographique - Montreuil - Branly - Boissière. La croissance démographique est de -1 %

Bon à savoir : Cette évolution vous indique le dynamisme du quartier ou de la commune et son attractivité. - En cours de rédaction
Définition :

Enfants et adolescents - Montreuil - Branly - Boissière. La part des moins de 20 ans est de 29 %

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Transport vers lieu de travail - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de personnes qui utilisent leur voiture ou 2 roues pour aller travailler est de 42 %

Bon à savoir : Les transports en commun permettent-ils de desservir efficacement les principales zones d'emploi ? - En cours de rédaction
Définition :

Bacheliers - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de bacheliers est de 38 %

Bon à savoir : Cet indicateur donne une vision du niveau de réussite scolaire de la population résidente du quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Lieu de travail - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de personnes qui travaillent dans la commune est de 25 %

Bon à savoir : Cette donnée vous permet d'apprécier si la commune en question est plutôt active économiquement ou une banlieue dortoir : de la vie uniquement soir et WE ou toute la semaine. - En cours de rédaction
Définition :

Taux de fécondité - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux de fécondité est de 11 %

Bon à savoir : Le taux de fécondité indique des quartiers plutôt familiaux et jeunes. - En cours de rédaction
Définition :

Rentes, retraites, etc. - Montreuil - Branly - Boissière. Les rentes, retraites, etc par ménage s'élèvent à 6100 euros

Bon à savoir : En complément du revenu moyen et croisé avec l'âge moyen de la population, les revenus non salariaux permettent d'apprécier les zones composées de propriétaires de forts patrimoines ou de sociétés largement bénéficiaires.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition :

Ménages imposés - Montreuil - Branly - Boissière. La part des ménages imposés est de 60 %

Bon à savoir : En complément du revenu moyen, la part des ménages imposés permet de complèter son analyse de la richesse de la zone observée.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition :

Personnes âgées - Montreuil - Branly - Boissière. La part des personnes âgées est de 13 %

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Cadres - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de cadres est de 42 %

Bon à savoir : Les catégories socioprofessionnelles donnent une vision du type de population active résidant dans le quartier. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Employés et ouvriers - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage d'employés et d'ouvriers est de 58 %

Bon à savoir : Les catégories socioprofessionnelles donnent une vision du type de population active résidant dans le quartier. - En cours de rédaction
Définition : Le chômage représente l'ensemble des personnes de 15 ans et plus, privées d'emploi et en recherchant un, au sens du BIT. - En cours de rédaction

Retraités - Montreuil - Branly - Boissière. Le pourcentage de retraités est de 11 %

Bon à savoir : Le % de retraités donne une vision complémentaire à la donnée d'âge moyen de la population résidente. - En cours de rédaction
Définition : L'âge moyen de la population résidente est estimé selon le nombre d'habitants présent dans chaque classe d'âge (utilisation de la segmentation INSEE en 10 classes). - En cours de rédaction

Taille moyenne des ménages - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 2,8 hab./ménage

Bon à savoir : La taille des familles indique si le quartier sera plutôt orienté jeune et célibataires (souvent des quartiers dynamiques) ou plutôt famille avec les équipements collectifs nécessaires. - En cours de rédaction
Définition : Calcul réalisé par Kel Quartier : nombre d'habitants par km² selon la surface totale du quartier ou de la commune. - En cours de rédaction

Environnement - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Environnement Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Transports publics 0 tran./km² 4,9 tran./km²
Précipitations annuelles 629 mm par an 629 mm par an
Ensoleillement annuel 1718 heures par an 1718 heures par an
Equipements sportifs 3,8 équip./km² 8,8 équip./km²
Distance à l'aéroport 7,2 km 7,2 km
Distance centrale nucléaire 84,5 km 84,5 km
Espaces verts 0 % 11 %
Ville et villages fleuris Deux fleurs   NA
Utilisation de la voiture 34 % 45 %
Type de quartier Animé   NA
Type de paysage Ville   NA

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Transports publics - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 0 tran./km²

Bon à savoir : Le quartier ou la commune sont-ils très bien desservis en transports en commun ? - En cours de rédaction
Définition :

Précipitations annuelles - Montreuil - Branly - Boissière. Il pleut 629 mm par an

Bon à savoir : Si vous ne connaissez pas la région, faut-il prévoir un ciré ? - En cours de rédaction
Définition :

Ensoleillement annuel - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a du soleil 1718 heures par an

Bon à savoir : Si vous ne connaissez pas la région, le béret est-il de mise ? - En cours de rédaction
Définition :

Equipements sportifs - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 3,8 équip./km²

Bon à savoir : Appréciez l'accessibilité et l'offre en équipements sportifs de chaque quartier et commune. - En cours de rédaction
Définition :

Distance à l'aéroport - Montreuil - Branly - Boissière. L'aéroport le plsu proche est à 7,2 km

Bon à savoir : Les gênes occasionnées par la proximité d'un aéroport ne sont plus à démontrer, tant du point de vue du bruit que de la pollution occasionnée, cette indication de distance est à rapprocher avec les couloirs aériens utilisés. - En cours de rédaction
Définition :

Distance centrale nucléaire - Montreuil - Branly - Boissière. La centrale nucléaire la plus proche est à 84,5 km

Bon à savoir : En dehors des risques potentiels, la plupart du temps plus subjectifs que rationnels, la proximité d'une centrale nucléaire vis-à-vis de son habitat risque d'en dégrader le paysage (certaines personnes peuvent néanmoins apprécier ce type d'architecture). - En cours de rédaction
Définition :

Espaces verts - Montreuil - Branly - Boissière. La part des espaces verts est 0 %

Bon à savoir : Appréciez la respiration urbaine proposée au sein de chaque quartier et commune. - En cours de rédaction
Définition :

Ville et villages fleuris - Montreuil - Branly - Boissière. Label Villes et Villages fleuris : Deux fleurs

Bon à savoir : L'attribution du label Villes et Villages Fleuris s'effectue sur la base d'une série de critères définis par le CNVVF :
- La motivation pour l'obtention du label.
- La démarche globale de valorisation communale par le végétal et de fleurissement.
- Les actions d'animation et de promotion de cette démarche auprès de la population, des touristes et des acteurs pouvant être concernés.
- La présentation du patrimoine végétal et du fleurissement.
- Les modes de gestion mis en place pour entretenir ce patrimoine en respectant les ressources naturelles et la biodiversité.
- Les actions complémentaires mises en oeuvre pour favoriser la qualité des espaces publics (mobilier, voirie, façades, enseignes, propreté...).
- La cohérence des aménagements paysagers et de leur gestion selon les différents lieux de la commune. - En cours de rédaction
Définition :

Utilisation de la voiture - Montreuil - Branly - Boissière. La part des ménages sans voiture est de 34 %

Bon à savoir : Une forte part de ménages sans voiture indique généralement des zones urbaines très bien désservies en transports en communs. Les zones les plus agées voient aussi naturellement cet indicateur augmenté des personnes ne conduisant plus par contrainte physique, de réflexes ou peur de l'accident. - En cours de rédaction
Définition :

Type de quartier - Montreuil - Branly - Boissière. En un mot, le type de quartier est Animé

Bon à savoir : Une caractérisation des quartiers et communes entre eux réalisée par Kel Quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Type de paysage - Montreuil - Branly - Boissière. En un mot, le type de paysage est Ville

Bon à savoir : Une caractérisation des quartiers et communes entre eux réalisée par Kel Quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Education - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Education Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Crèches, écoles et lycées 9,7 étab./km² 12,8 étab./km²
Résultats des lycées NA   76 %
Sélectivité des lycées NA   0
Valeur ajoutée des lycées NA   0

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Crèches, écoles et lycées - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 9,7 étab./km²

Bon à savoir : Appréciez l'accessibilité de l'offre scolaire de chaque quartier et commune. - En cours de rédaction
Définition :

Résultats des lycées - Montreuil - Branly - Boissière. Les résultats au bac des lycées est de NA

Bon à savoir : Cette rubrique vous permet d'apprécier les résultats des lycées présents dans le quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Sélectivité des lycées - Montreuil - Branly - Boissière. La sélectivité des lycées est de NA

Bon à savoir : Cette rubrique vous permet d'apprécier les résultats des lycées présents dans le quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Valeur ajoutée des lycées - Montreuil - Branly - Boissière. La valeur ajoutée des lycées est de NA

Bon à savoir : Cette rubrique vous permet d'apprécier les résultats des lycées présents dans le quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Commerces et établissements - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Commerces et établissements Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Bars, cafés et restaurants 0,3 tous les 100m 0,6 tous les 100m
Commerces 1,3 tous les 100m 2,9 tous les 100m
Médecins généralistes 5100 hab./généraliste 1100 hab./généraliste
Capacité d'accueil touristique 216 lits/km² 216 lits/km²
Type de commerce et animation Commerces localisés en ville   NA
Croissance du nombre total d'établissements 16 % 19 %

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Bars, cafés et restaurants - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 0,3 tous les 100m

Bon à savoir : Selon vos préférences : cet indicateur vous permet d'apprécier si le quartier est plutôt animé ou pas dans la journée et le soir. - En cours de rédaction
Définition :

Commerces - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 1,3 tous les 100m

Bon à savoir : Un fort nombre indique la possibilité de faire à pied vos courses quotidiennes avec une bonne diversité d'enseignes et de services. - En cours de rédaction
Définition :

Médecins généralistes - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 5100 hab./généraliste

Bon à savoir : Appréciez l'accessibilité à l'offre de soins de chaque quartier et commune. - En cours de rédaction
Définition :

Capacité d'accueil touristique - Montreuil - Branly - Boissière. Il y a 216 lits/km²

Bon à savoir : Les fortes densités en capacité d'accueil indiquent des zones, soit très touristiques, soit économiquement très dynamiques. - En cours de rédaction
Définition :

Type de commerce et animation - Montreuil - Branly - Boissière. En 1 mot, le type de commerce est Commerces localisés en ville

Bon à savoir : Une caractérisation des quartiers et communes entre eux réalisée par Kel Quartier. - En cours de rédaction
Définition :

Croissance du nombre total d'établissements - Montreuil - Branly - Boissière. La croissance des établissements est de 16 %

Bon à savoir : Cette évolution vous permet de déterminer la dynamique économique de la commune ou du quartier.
Attention néanmoins à l'impact des autoentrepreneurs : en 2009 les créations d'entreprises ont atteint un niveau record (75 % de plus qu'en 2008). Ceci s'explique par le nouveau régime d'autoentrepreneur au sein de tous les secteurs d'activité et de toutes les régions. Plus de la moitié des créations de 2009 sont des autoentrepreneurs. - En cours de rédaction
Définition :

Politique - Montreuil - Branly - Boissière

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Etiquette politique du maire - Montreuil - Branly - Boissière. L'étiquette politique du maire est Patrice BESSAC (2014)

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

François Hollande 2e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. François Hollande a obtenu au 2e tour 2012 75,8 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Rapport de force Gauche-Droite - Montreuil - Branly - Boissière. Le poids de la majorité de gauche est de 74,6 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Nicolas Sarkozy 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Nicolas Sarkozy a obtenu au 1e tour 2012 13,5 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

François Hollande 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. François Hollande a obtenu au 1e tour 2012 40,2 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Marine Le Pen 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Marine Le Pen a obtenu au 1e tour 2012 9,3 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Jean-Luc Mélenchon 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Jean-Luc Mélenchon a obtenu au 1e tour 2012 24,1 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

François Bayrou 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. François Bayrou a obtenu au 1e tour 2012 5,6 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Eva Joly 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Eva Joly a obtenu au 1e tour 2012 4,4 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Nicolas Dupond-Aignan 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Nicolas Dupond-Aignan a obtenu au 1e tour 2012 1 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Philippe Poutou 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Philippe Poutou a obtenu au 1e tour 2012 1,1 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Taux d'abstention 1e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux d'abstention au 1e tour 2012 est de 26,7 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Nicolas Sarkozy 2e tour 2012 - Montreuil - Branly - Boissière. Nicolas Sarkozy a obtenu au 2e tour 2012 24,2 %

Bon à savoir : Découvrez la couleur politique des résidants de la commune et leurs nuances. - En cours de rédaction
Définition :

Sécurité - Montreuil - Branly - Boissière

Carte Sécurité Branly - Boissière Comparé à la commune Montreuil
Atteintes volontaires à l'intégrité physique Taux de 13,1 pour 1 000 habitants  
Atteintes aux biens Taux de 59,6 pour 1 000 habitants  
Cambriolages Taux de 5,1 pour 1 000 habitants  
Vols liés à l'automobile et aux deux roues à moteur Taux de 17,7 pour 1 000 habitants  
Infractions à la législation sur les stupéfiants Taux de 3 pour 1 000 habitants  
Violences sexuelles Taux de 0,5 pour 1 000 habitants  
Destructions et dégradations de biens Taux de 13 pour 1 000 habitants  
Criminalité organisée et délinquance spécialisée Taux de 0,6 pour 1 000 habitants  
Escroqueries et infractions économiques et financières Taux de 4,2 pour 1 000 habitants  

Revenu moyen - Montreuil - Branly - Boissière. Le revenu moyen d'un ménage est de 26300 euros

Bon à savoir : Le niveau de revenu des ménages est un indicateur de la richesse des résidants.
Attention, cette estimation est parfois manquante ou peu fiable du fait des informations non fournies par la DGFiP pour conserver le secret statistique sur des zones à trop faible population. - En cours de rédaction
Définition : Le revenu par ménage est une estimation Kel Quartier basée sur le revenu médian des foyers fiscaux fourni par la DGFiP. - En cours de rédaction

Atteintes volontaires à l'intégrité physique - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 13,1 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Atteintes aux biens - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 59,6 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Cambriolages - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 5,1 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Vols liés à l'automobile et aux deux roues à moteur - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 17,7 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Infractions à la législation sur les stupéfiants - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 3 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Violences sexuelles - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 0,5 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Destructions et dégradations de biens - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 13 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Criminalité organisée et délinquance spécialisée - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 0,6 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Escroqueries et infractions économiques et financières - Montreuil - Branly - Boissière. Le taux pour 1 000 habitants est de Taux de 4,2 pour 1 000 habitants

Bon à savoir : En cours de rédaction
Définition :

Infos locales

Transport

Fort de Rosny / Arrêt de bus / Arrêt de bus / Boissière / Rue Saint-Denis / Arrêt de bus / Arrêt de bus / Arrêt de bus

Education

Collège privé Fidélis / Ecole maternelle Georges Mélies / Ecole maternelle Nanteuil / Ecole primaire Fabien / Ecole primaire Boissière / Ecole Montessori Enfants du Monde / Ecole primaire privée Fidélis / Ecole primaire Nanteuil

Commerce et Service

Montreuil Boissiere / Ed Montreuil

Loisirs

Auguste Delaune / Plateau Champ de Poires / Terrain Alfred Wigishoff / Terrain Jules Verne

Santé

Pharmacie / Médecin généraliste

Petite enfance

Crèche collective Emmi Pikler 2 / Multi-accueil Emmi Pikler / Multi-accueil Julie Daubié / Multi-accueil Où Tu Crèches / Multi-accueil Sfm / Crèche Familiale Association Centre Hospitalier / Ludothèque Ludoleo

Actualités du quartier

[Communiqué de presse commun] Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

18/10/2018

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l'unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018. L’adoption de ce protocole, d’un montant de 350 millions d’euros, est une excellente nouvelle car elle signifie, qu’après des années de mobilisation des Départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-deMarne, mais aussi des villes de Fontenay-sous-Bois, de Montreuil, de Romainville et d’associations, les travaux commencent enfin. C'est une excellente nouvelle pour les 50 000 futur.e.s usager.e.s qui ont été privés de ce prolongement depuis trop longtemps. Pour Fontenay-sous-Bois, cela signifie, dans un premier temps, le réaménagement par la RATP de la sente piétonne facilitant l’accès au pôle RER du Val de Fontenay depuis l’Est de la commune. Pour Montreuil, c’est la destruction de l’A186, véritable fracture urbaine, dès 2019. Pour Romainville, la destruction de la bretelle entre l’A3 et l’A186 et la construction d’un nouveau pont qui fera la part belle aux mobilités actives. À terme, c’est l’accès à un mode de transport fiable, capacitaire et interconnecté aux lignes 1 et 11 du métro, aux RER A et E, à la ligne 15 Est du Grand Paris Express et donc à l’ensemble de ce réseau ; la requalification des abords du projet, la réduction des capacités routières au profit des usagers du vélo, d’arbres et des piétons, changeront considérablement les quartiers et villes traversés et amélioreront les conditions de vie des habitant.es riverain.es. Une première partie du projet est donc lancée. Elle est cruciale et ne pourra pas être réalisée sans ce premier protocole. Il s’agit du premier document financier permettant les travaux lourds dans l’histoire de ce projet. Ne pas signer ce document, c’est prendre le risque que l’Etat et la Région mettent leur menace de retrait de leurs financements du projet à exécution. Mais cette phase 1 ne prendra pleinement son sens que lorsque la phase 2, entre les stations« Rue de Rosny » à Montreuil et le terminus à Val-de-Fontenay, sera faite. C’est la raison pour laquelle nous avons exigé de l’Etat et de la Région, également financeurs du projet, que soit inscrit très clairement dans un article du protocole – l’article 11 – que les financeurs s’engagent à financer prioritairement cette phase 2 dans le cadre du prochain Contrat de Plan Etat-Région. Nous demandons qu’un protocole couvrant l’intégralité du projet, couvrant deux CPER à l’image du prolongement du RER E à l’Ouest, soit présenté dès 2019 dans les Assemblées délibérantes concernées. Les Départements, avec le soutien des communes concernées, y sont prêts dès à présent en raison des enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à ce projet crucial pour l’Est parisien dans son ensemble. Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine Saint Denis - Christian Favier, Président du Département du Val-de-Marne - Corinne Valls, Maire de Romainville - Patrice Bessac, Maire de Montreuil - Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l'unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.

L’adoption de ce protocole, d’un montant de 350 millions d’euros, est une excellente nouvelle car elle signifie, qu’après des années de mobilisation des Départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-deMarne, mais aussi des villes de Fontenay-sous-Bois, de Montreuil, de Romainville et d’associations, les travaux commencent enfin. C'est une excellente nouvelle pour les 50 000 futur.e.s usager.e.s qui ont été privés de ce prolongement depuis trop longtemps.

Pour Fontenay-sous-Bois, cela signifie, dans un premier temps, le réaménagement par la RATP de la sente piétonne facilitant l’accès au pôle RER du Val de Fontenay depuis l’Est de la commune. Pour Montreuil, c’est la destruction de l’A186, véritable fracture urbaine, dès 2019. Pour Romainville, la destruction de la bretelle entre l’A3 et l’A186 et la construction d’un nouveau pont qui fera la part belle aux mobilités actives. À terme, c’est l’accès à un mode de transport fiable, capacitaire et interconnecté aux lignes 1 et 11 du métro, aux RER A et E, à la ligne 15 Est du Grand Paris Express et donc à l’ensemble de ce réseau ; la requalification des abords du projet, la réduction des capacités routières au profit des usagers du vélo, d’arbres et des piétons, changeront considérablement les quartiers et villes traversés et amélioreront les conditions de vie des habitant.es riverain.es.

Une première partie du projet est donc lancée. Elle est cruciale et ne pourra pas être réalisée sans ce premier protocole. Il s’agit du premier document financier permettant les travaux lourds dans l’histoire de ce projet. Ne pas signer ce document, c’est prendre le risque que l’Etat et la Région mettent leur menace de retrait de leurs financements du projet à exécution.

Mais cette phase 1 ne prendra pleinement son sens que lorsque la phase 2, entre les stations« Rue de Rosny » à Montreuil et le terminus à Val-de-Fontenay, sera faite.

C’est la raison pour laquelle nous avons exigé de l’Etat et de la Région, également financeurs du projet, que soit inscrit très clairement dans un article du protocole – l’article 11 – que les financeurs s’engagent à financer prioritairement cette phase 2 dans le cadre du prochain Contrat de Plan Etat-Région.

Nous demandons qu’un protocole couvrant l’intégralité du projet, couvrant deux CPER à l’image du prolongement du RER E à l’Ouest, soit présenté dès 2019 dans les Assemblées délibérantes concernées. Les Départements, avec le soutien des communes concernées, y sont prêts dès à présent en raison des enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à ce projet crucial pour l’Est parisien dans son ensemble.

 

Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine Saint Denis - Christian Favier, Président du Département du Val-de-Marne - Corinne Valls, Maire de Romainville - Patrice Bessac, Maire de Montreuil - Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois 

Murs à pêches : les études confirment l'ampleur des pollutions et démontrent la nécessité d'agir

16/10/2018

Le cahier des charges de l'appel à projet pour l'avenir du site de l'usine EIF dans les Murs à Pêches et de ses abords exigeait du lauréat la conduite d'études pollution et de propositions pour mener à bien la dépollution des parcelles. Le résultat confirme la présence de polluants issus du passé industriel du secteur mais il met en évidence l'ampleur du problème qui ne peut être laissé en héritage aux générations futures. L'activité industrielle présente dès 1871 et qui perdura jusqu'à la fermeture définitive de l'usine en 2010 met aujourd'hui en évidence plusieurs zones fortement polluées en solvants chlorés et hydrocarbures volatils. Loin d'être une surprise, cette réalité implique cependant une réponse énergique et responsable ; pour notre environnement et la santé de toutes et tous. Ces réponses présentées le 1er octobre lors d'une réunion publique ont été validées par la Direction de la coordination des politiques publiques et appui territorial de la Préfecture de Seine-Saint-Denis (bureau de l'environnement), par l'Agence régionale de santé et par l'adjoint au chef de l'unité du 93 de la DRIEE Île-de-France. 90% du traitement de la pollution des sols se fera par la technologie dite du "venting", deux zones du périmètre EIF verront leurs terres excavées sur 600 m3 et un produit dépolluant sera injecté dans la nappe située sous l'ancienne usine EIF. Comme rappelé par Jean Charles NEGRE, ces actions pourront être étendues à l'ensemble des 34 ha du site des Murs à pêches, au-delà du seul site EIF. Au delà, Montreuil se félicite de la décision prise par la Direction régionale interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Île-de-France de réaliser une évaluation environnementale du projet EIF. C'est la preuve de la prise en compte, par les services de l’État, de la complexité de sauvegarde et de réaménagement du site des Murs à Pêches et plus spécifiquement du projet "Espaces Imaginaires Fertiles" sur le site de l'ancienne usine de textile EIF. Cette étude contribuera à lever tous les questionnements sur la préservation du patrimoine historique et paysager du site et sur les enjeux environnementaux et sanitaires.

Le cahier des charges de l'appel à projet pour l'avenir du site de l'usine EIF dans les Murs à Pêches et de ses abords exigeait du lauréat la conduite d'études pollution et de propositions pour mener à bien la dépollution des parcelles. Le résultat confirme la présence de polluants issus du passé industriel du secteur mais il met en évidence l'ampleur du problème qui ne peut être laissé en héritage aux générations futures.

 

L'activité industrielle présente dès 1871 et qui perdura jusqu'à la fermeture définitive de l'usine en 2010 met aujourd'hui en évidence plusieurs zones fortement polluées en solvants chlorés et hydrocarbures volatils. Loin d'être une surprise, cette réalité implique cependant une réponse énergique et responsable ; pour notre environnement et la santé de toutes et tous. Ces réponses présentées le 1er octobre lors d'une réunion publique ont été validées par la Direction de la coordination des politiques publiques et appui territorial de la Préfecture de Seine-Saint-Denis (bureau de l'environnement), par l'Agence régionale de santé et par l'adjoint au chef de l'unité du 93 de la DRIEE Île-de-France. 

90% du traitement de la pollution des sols se fera par la technologie dite du "venting", deux zones du périmètre EIF verront leurs terres excavées sur 600 m3 et un produit dépolluant sera injecté dans la nappe située sous l'ancienne usine EIF. Comme rappelé par Jean Charles NEGRE, ces actions pourront être étendues à l'ensemble des 34 ha du site des Murs à pêches, au-delà du seul site EIF.

Au delà, Montreuil se félicite de la décision prise par la Direction régionale interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Île-de-France de réaliser une évaluation environnementale du projet EIF. C'est la preuve de la prise en compte, par les services de l’État, de la complexité de sauvegarde et de réaménagement du site des Murs à Pêches et plus spécifiquement du projet "Espaces Imaginaires Fertiles" sur le site de l'ancienne usine de textile EIF.

Cette étude contribuera à lever tous les questionnements sur la préservation du patrimoine historique et paysager du site et sur les enjeux environnementaux et sanitaires.

[Communiqué de presse commun] Prolongement du T1 à Val-de-Fontenay : enfin le projet commence !

18/10/2018

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l'unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018. L’adoption de ce protocole, d’un montant de 350 millions d’euros, est une excellente nouvelle car elle signifie, qu’après des années de mobilisation des Départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-deMarne, mais aussi des villes de Fontenay-sous-Bois, de Montreuil, de Romainville et d’associations, les travaux commencent enfin. C'est une excellente nouvelle pour les 50 000 futur.e.s usager.e.s qui ont été privés de ce prolongement depuis trop longtemps. Pour Fontenay-sous-Bois, cela signifie, dans un premier temps, le réaménagement par la RATP de la sente piétonne facilitant l’accès au pôle RER du Val de Fontenay depuis l’Est de la commune. Pour Montreuil, c’est la destruction de l’A186, véritable fracture urbaine, dès 2019. Pour Romainville, la destruction de la bretelle entre l’A3 et l’A186 et la construction d’un nouveau pont qui fera la part belle aux mobilités actives. À terme, c’est l’accès à un mode de transport fiable, capacitaire et interconnecté aux lignes 1 et 11 du métro, aux RER A et E, à la ligne 15 Est du Grand Paris Express et donc à l’ensemble de ce réseau ; la requalification des abords du projet, la réduction des capacités routières au profit des usagers du vélo, d’arbres et des piétons, changeront considérablement les quartiers et villes traversés et amélioreront les conditions de vie des habitant.es riverain.es. Une première partie du projet est donc lancée. Elle est cruciale et ne pourra pas être réalisée sans ce premier protocole. Il s’agit du premier document financier permettant les travaux lourds dans l’histoire de ce projet. Ne pas signer ce document, c’est prendre le risque que l’Etat et la Région mettent leur menace de retrait de leurs financements du projet à exécution. Mais cette phase 1 ne prendra pleinement son sens que lorsque la phase 2, entre les stations« Rue de Rosny » à Montreuil et le terminus à Val-de-Fontenay, sera faite. C’est la raison pour laquelle nous avons exigé de l’Etat et de la Région, également financeurs du projet, que soit inscrit très clairement dans un article du protocole – l’article 11 – que les financeurs s’engagent à financer prioritairement cette phase 2 dans le cadre du prochain Contrat de Plan Etat-Région. Nous demandons qu’un protocole couvrant l’intégralité du projet, couvrant deux CPER à l’image du prolongement du RER E à l’Ouest, soit présenté dès 2019 dans les Assemblées délibérantes concernées. Les Départements, avec le soutien des communes concernées, y sont prêts dès à présent en raison des enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à ce projet crucial pour l’Est parisien dans son ensemble. Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine Saint Denis - Christian Favier, Président du Département du Val-de-Marne - Corinne Valls, Maire de Romainville - Patrice Bessac, Maire de Montreuil - Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois

Le 18 octobre, au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, a été voté à l'unanimité le protocole de financement du projet de prolongement du T1 à Val-de-Fontenay. Il doit également être présenté en commission permanente de la Région le 21 novembre, en Conseil d’administration du STIF du 12 décembre et en séance du Conseil départemental du Val-de-Marne le 17 décembre 2018.

L’adoption de ce protocole, d’un montant de 350 millions d’euros, est une excellente nouvelle car elle signifie, qu’après des années de mobilisation des Départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-deMarne, mais aussi des villes de Fontenay-sous-Bois, de Montreuil, de Romainville et d’associations, les travaux commencent enfin. C'est une excellente nouvelle pour les 50 000 futur.e.s usager.e.s qui ont été privés de ce prolongement depuis trop longtemps.

Pour Fontenay-sous-Bois, cela signifie, dans un premier temps, le réaménagement par la RATP de la sente piétonne facilitant l’accès au pôle RER du Val de Fontenay depuis l’Est de la commune. Pour Montreuil, c’est la destruction de l’A186, véritable fracture urbaine, dès 2019. Pour Romainville, la destruction de la bretelle entre l’A3 et l’A186 et la construction d’un nouveau pont qui fera la part belle aux mobilités actives. À terme, c’est l’accès à un mode de transport fiable, capacitaire et interconnecté aux lignes 1 et 11 du métro, aux RER A et E, à la ligne 15 Est du Grand Paris Express et donc à l’ensemble de ce réseau ; la requalification des abords du projet, la réduction des capacités routières au profit des usagers du vélo, d’arbres et des piétons, changeront considérablement les quartiers et villes traversés et amélioreront les conditions de vie des habitant.es riverain.es.

Une première partie du projet est donc lancée. Elle est cruciale et ne pourra pas être réalisée sans ce premier protocole. Il s’agit du premier document financier permettant les travaux lourds dans l’histoire de ce projet. Ne pas signer ce document, c’est prendre le risque que l’Etat et la Région mettent leur menace de retrait de leurs financements du projet à exécution.

Mais cette phase 1 ne prendra pleinement son sens que lorsque la phase 2, entre les stations« Rue de Rosny » à Montreuil et le terminus à Val-de-Fontenay, sera faite.

C’est la raison pour laquelle nous avons exigé de l’Etat et de la Région, également financeurs du projet, que soit inscrit très clairement dans un article du protocole – l’article 11 – que les financeurs s’engagent à financer prioritairement cette phase 2 dans le cadre du prochain Contrat de Plan Etat-Région.

Nous demandons qu’un protocole couvrant l’intégralité du projet, couvrant deux CPER à l’image du prolongement du RER E à l’Ouest, soit présenté dès 2019 dans les Assemblées délibérantes concernées. Les Départements, avec le soutien des communes concernées, y sont prêts dès à présent en raison des enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à ce projet crucial pour l’Est parisien dans son ensemble.

 

Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine Saint Denis - Christian Favier, Président du Département du Val-de-Marne - Corinne Valls, Maire de Romainville - Patrice Bessac, Maire de Montreuil - Philippe Gautrais, Maire de Fontenay-sous-Bois 

Murs à pêches : les études confirment l'ampleur des pollutions et démontrent la nécessité d'agir

16/10/2018

Le cahier des charges de l'appel à projet pour l'avenir du site de l'usine EIF dans les Murs à Pêches et de ses abords exigeait du lauréat la conduite d'études pollution et de propositions pour mener à bien la dépollution des parcelles. Le résultat confirme la présence de polluants issus du passé industriel du secteur mais il met en évidence l'ampleur du problème qui ne peut être laissé en héritage aux générations futures. L'activité industrielle présente dès 1871 et qui perdura jusqu'à la fermeture définitive de l'usine en 2010 met aujourd'hui en évidence plusieurs zones fortement polluées en solvants chlorés et hydrocarbures volatils. Loin d'être une surprise, cette réalité implique cependant une réponse énergique et responsable ; pour notre environnement et la santé de toutes et tous. Ces réponses présentées le 1er octobre lors d'une réunion publique ont été validées par la Direction de la coordination des politiques publiques et appui territorial de la Préfecture de Seine-Saint-Denis (bureau de l'environnement), par l'Agence régionale de santé et par l'adjoint au chef de l'unité du 93 de la DRIEE Île-de-France. 90% du traitement de la pollution des sols se fera par la technologie dite du "venting", deux zones du périmètre EIF verront leurs terres excavées sur 600 m3 et un produit dépolluant sera injecté dans la nappe située sous l'ancienne usine EIF. Comme rappelé par Jean Charles NEGRE, ces actions pourront être étendues à l'ensemble des 34 ha du site des Murs à pêches, au-delà du seul site EIF. Au delà, Montreuil se félicite de la décision prise par la Direction régionale interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Île-de-France de réaliser une évaluation environnementale du projet EIF. C'est la preuve de la prise en compte, par les services de l’État, de la complexité de sauvegarde et de réaménagement du site des Murs à Pêches et plus spécifiquement du projet "Espaces Imaginaires Fertiles" sur le site de l'ancienne usine de textile EIF. Cette étude contribuera à lever tous les questionnements sur la préservation du patrimoine historique et paysager du site et sur les enjeux environnementaux et sanitaires.

Le cahier des charges de l'appel à projet pour l'avenir du site de l'usine EIF dans les Murs à Pêches et de ses abords exigeait du lauréat la conduite d'études pollution et de propositions pour mener à bien la dépollution des parcelles. Le résultat confirme la présence de polluants issus du passé industriel du secteur mais il met en évidence l'ampleur du problème qui ne peut être laissé en héritage aux générations futures.

 

L'activité industrielle présente dès 1871 et qui perdura jusqu'à la fermeture définitive de l'usine en 2010 met aujourd'hui en évidence plusieurs zones fortement polluées en solvants chlorés et hydrocarbures volatils. Loin d'être une surprise, cette réalité implique cependant une réponse énergique et responsable ; pour notre environnement et la santé de toutes et tous. Ces réponses présentées le 1er octobre lors d'une réunion publique ont été validées par la Direction de la coordination des politiques publiques et appui territorial de la Préfecture de Seine-Saint-Denis (bureau de l'environnement), par l'Agence régionale de santé et par l'adjoint au chef de l'unité du 93 de la DRIEE Île-de-France. 

90% du traitement de la pollution des sols se fera par la technologie dite du "venting", deux zones du périmètre EIF verront leurs terres excavées sur 600 m3 et un produit dépolluant sera injecté dans la nappe située sous l'ancienne usine EIF. Comme rappelé par Jean Charles NEGRE, ces actions pourront être étendues à l'ensemble des 34 ha du site des Murs à pêches, au-delà du seul site EIF.

Au delà, Montreuil se félicite de la décision prise par la Direction régionale interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'Île-de-France de réaliser une évaluation environnementale du projet EIF. C'est la preuve de la prise en compte, par les services de l’État, de la complexité de sauvegarde et de réaménagement du site des Murs à Pêches et plus spécifiquement du projet "Espaces Imaginaires Fertiles" sur le site de l'ancienne usine de textile EIF.

Cette étude contribuera à lever tous les questionnements sur la préservation du patrimoine historique et paysager du site et sur les enjeux environnementaux et sanitaires.

[Communiqué] Inauguration des premiers Casiers Solidaires en France

15/10/2018

Emmaüs alternatives et la Ville de Montreuil (93) s'engagent pour une ville hospitalière envers les personnes vivant dans la rue.

En partenariat avec la Ville de Montreuil (93) et l’association portugaise ACA et pour la première fois en France, Emmaüs Alternatives met en place à compter du 15 octobre 2018à Montreuil, place de la Croix de Chavaux (côté rue de Vincennes), 12 Casiers Solidaires (des casiers ayant fait l’objet d’un travail de design et dont l’accès est assujetti l’acceptation d’un accompagnement social par un professionnel formé à la méthode développée par l’association ACA) à destination des personnes sans-abris.

Implantés dans l’espace public, ces casiers design sont accessibles 24h sur 24, à l’aide d’une clef. Ils répondent à un des besoins essentiels des personnes SDF : pouvoir mettre à l’abri leurs affaires dans un endroit sécurisé.

Le contrat passé avec chaque personne comprend un accompagnement social hebdomadaire visant une réinsertion durable.

A partir du 15 octobre, 12 personnes SDF vivant à Montreuil, pourront bénéficier d’un casier solidaire et de l’accompagnement social associé. Les casiers sont implantés rue de Vincennes dans la continuité de la place de la Croix de Chavaux. Loin de fixer les personnes dans la rue, ce projet est un nouvel outil de réinsertion ciblant les personnes les plus exclues. En effet, si les Casiers Solidaires visent à répondre à besoin concret fondamental, le travail d’accompagnement social, le lien social qui se créent autour de l’accès au casier sont essentiels pour construire un chemin qui sorte, progressivement et par étape, les personnes de la rue.

En juillet 2017, Emmaüs Alternatives a signé un accord de partenariat avec l’association portugaise ACA (créatrice des casiers) afin de déployer les casiers solidaires en France.

« Nous avons été impressionnés par la simplicité de ce projet et par son impact positif immédiat sur la vie des personnes qui vivent dans la rue. Sur le plan symbolique, c’est aussi un projet qui donne une vraie place aux personnes SDF dans l’espace public : c’est un projet militant. Et puis les casiers sont beaux ! C’est aussi une dimension importante du projet : le design est rarement associé à ce type de publics… »Catherine DI MARIA, directrice générale d’Emmaüs Alternatives.

A l’issue d’une recherche de financement fructueuse (Fondation Abbé Pierre, Fondation SFR et Emmaüs France financent le projet),Emmaüs Alternatives a approché la Ville de Montreuil afin de déployer les premiers casiers Solidaires dans sa commune d’implantation.Partenaire engagé, la Ville de Montreuil a participé au choix du site d’implantation des casiers et facilité l’ensemble des démarches nécessaires.

« Montreuil est fière d’accueillir, pour la première fois en France, ces casiers solidaires à destination de personnes sans-abris » soulignePatrice Bessac, le Maire de Montreuil qui ajoute « Ce projet vient compléter les nombreuses actions de solidarité déjà menées par Montreuil en étroite collaboration avec les associations présentes sur le terrain aux côtés des plus démunis. Je suis convaincu que les communes sont des lieux où doit et peut s'exprimer la solidarité créative, ces casiers solidaires en sont la preuve concrète. »

Alors que le Mouvement Emmaüs et de nombreux acteurs de la société civile dénoncent le développement du mobilier urbain anti-SDF et toutes les mesures visant à rendre ces personnes invisibles, les Casiers solidaires s'inscrivent dans un mouvement visant à rendre l'espace public bienveillant et fraternel envers ces publics en grande exclusion.

Le projet des Casiers Solidaires est né en 2015, à Lisbonne, des conversations que les bénévoles d’ACA ont engagées avec des personnes vivant dans la rue. Le constat était dressé que ces personnes qui livrent une lutte quotidienne pour ne pas se faire voler leur argent, leurs papiers, leurs vêtements mais aussi des objets ayant une valeur sentimentale ont besoin d’un endroit sécurisé pour stocker leurs affaires.

Après un long travail de conception avec une entreprise locale, les premiers casiers solidaires sont implantés à Lisbonne en 2015. En 2018, 60 casiers sont proposés à des personnes SDF qui acceptent la signature d’un contrat fixant un rendez-vous hebdomadaire obligatoire avec un travailleur social. Les résultats sont impressionnants : plus des 2/3 des personnes ayant quitté le dispositif ont pu sortir de la rue pour retrouver emploi, logement, centre de désintoxication ou communauté d’insertion.

Leurs affaires étant en sécurité, les personnes bénéficiant d’un casier redeviennent mobiles. Le casier les soustrait de situations de violences (vols) et l’accompagnement social, au plus près de leur lieu de vie, construit peu à peu des perspectives. Pour plus d'efficacité, le travailleur social qui suivra les personnes bénéficiant des casiers sera équipé d'un ordinateur portable et d'une connexion internet mobile, d'une imprimante et d'un scanner ultraléger lui permettant de mener un suivi social dans la rue ou dans des cafés à proximité des casiers.

L'expérience portugaise démontre que l’accès au casier a un impact immédiat sur la vie des personnes. Les témoignages des usagers de Lisbonne parlent d'eux-mêmes :

« J’avais un problème sur la tête qui pesait 100 kg ; maintenant, il pèse 40 kg »

« J’aime tout dans le projet mais le casier principalement. Quand je l’ouvre, c’est comme si j’avais une maison.».

« Ce que j’aime le plus, c’est l’accompagnement de l’équipe, leur attention et leur dévouement »

« Les casiers, ce n’est pas la Vie mais c’est 70% d’une vie »

« Vous ne pouvez pas dormir dans un casier mais c’est comme une maison »

A propos d'Emmaüs Alternatives : www.emmaus-alternatives.fr

Créée en 1991, l’association Emmaüs Alternatives, basée à Montreuil, accompagne les publics vivant dans la rue ou très éloignés du marché du travail au travers de deux axes d’intervention :

- L’accès aux droits (domiciliation / aide alimentaire / hébergement / accompagnement social)

- L’accès à l’emploi (chantier d’insertion (réemploi de textiles et d’objets) et accompagnement socio-professionnel)

Contact Presse Emmaüs Alternatives :

Catherine DI MARIA, Directrice Générale : 07 86 11 92 83 / cdimaria@emmaus-alternatives.fr

Marie-Hélène LE NEDIC, Directrice du Pôle Action Sociale et Hébergement : 06 80 99 53 53 / mh.lenedic@emmaus-alternatives.fr

Contact Presse Ville de Montreuil :

Barbara Lux, attachée de presse du Maire Patrice Bessac / 06.80.51.66.26 / barbara.lux@montreuil.fr

Jean Tilloy, attaché de presse de la Ville de Montreuil / 06.63.12.85.10 / 06.30.71.80.07 / 01.48.70.60.38 / jean.tilloy@montreuil.fr

[Communiqué] Du vendredi 12 au lundi 15 octobre, Montreuil fête les 20 ans des portes-ouvertes des ateliers d'artistes

10/10/2018

Chaque année, les journées Portes-Ouvertes des Ateliers d'Artistes sont un moment phare de la vie culturelle de Montreuil. Pour la 20e édition, 660 artistes accueilleront les Montreuillois-es et tous les amoureux des arts d'Île-de-France au sein de 260 ateliers individuels ou collectifs ainsi que des des lieux culturels et des entreprises partenaires. La multiplicité des disciplines représentées témoigne de la vitalité artistique légendaire de Montreuil. Peinture, sculpture, dessin, gravure, mosaïque, photographie, textile, terre et céramique, papier, verre, mobiles, illustration et graphisme, sérigraphie, vidéo, numérique, installations… sans oublier, le stylisme, la création de bijoux, le design ou l’architecture… Les artistes de toutes ces disciplines seront présents dans leur espace de création pour échanger et présenter leur travail. Comme chaque année, de nombreux vernissages, performances et animations rythmeront ces journées des vendredi 12, samedi 13, dimanche 14 et lundi 15 octobre. Quatre jours qui feront vivre la devise culturelle de Montreuil : « Montreuil, arts et cultures en liberté ! » Cette initiative coordonnée par la Ville de Montreuil donne l'opportunité aux artistes confirmés ou émergents de rencontrer le public, et favorise les décloisonnements entre les publics, mais aussi, entre les disciplines et les pratiques. Par cette volonté politique de soutien envers tous les artistes, Montreuil affirme un projet global dont l’objectif est de favoriser et de valoriser la création tout en facilitant son accès au plus grand nombre en veillant à attirer de nouveaux publics, souvent éloignés des dispositifs culturels classiques ou contemporains. Durant les Journées portes-ouvertes, le Centre Tignous d’art contemporain deviendra le point d'accueil et d'information du public et restera ouvert durant quatre jours de 14h à 19h. Les visiteurs pourront y trouver renseignements ou suggestions de parcours. Les espaces d'exposition du Centre Tignous d'art contemporain seront bien entendus ouverts avec : Les agents se créent », exposition regroupant des artistes de Montreuil proposée par Mathilde Ayoub. Et pour que l'art rayonne à Montreuil et haut-delà, les participants sont invités à partager leurs coups de c½ur sur Twitter et Instagram avec le hashtag #Montreuilart2018. Programme complet des POAA 2018 et agenda évolutif avec localisation des ateliers :http://www.montreuil.fr/ Sauf précisions contraires, les ateliers sont ouverts du vendredi au lundi de 14h à 20h. Si un vernissage est prévu, sauf mention contraire, il a lieu le vendredi soir. Centre Tignous d’art contemporain 116, rue de Paris, à Montreuil - M°9 Robespierre - Tél. : 01 71 89 28 00 -Ouverture exceptionnelle durant les POAA 2018, tous les jours de 14h à 19h. Entrée libre. Contact presse : Barbara Lux, attachée de presse du Maire Patrice Bessac / 06.80.51.66.26 – barbara.lux@montreuil.fr Jean Tilloy, attaché de presse de la Ville de Montreuil / 06.63.12.85.10 / 06.30.71.80.07 / 01.48.70.60.38 – jean.tilloy@montreuil.fr

Chaque année, les journées Portes-Ouvertes des Ateliers d'Artistes sont un moment phare de la vie culturelle de Montreuil. Pour la 20e édition, 660 artistes accueilleront les Montreuillois-es et tous les amoureux des arts d'Île-de-France au sein de 260 ateliers individuels ou collectifs ainsi que des des lieux culturels et des entreprises partenaires.  La multiplicité des disciplines représentées témoigne de la vitalité artistique légendaire de Montreuil. Peinture, sculpture, dessin, gravure, mosaïque, photographie, textile, terre et céramique, papier, verre, mobiles, illustration et graphisme, sérigraphie, vidéo, numérique, installations… sans oublier, le stylisme, la création de bijoux, le design ou l’architecture… Les artistes de toutes ces disciplines seront présents dans leur espace de création pour échanger et présenter leur travail. Comme chaque année, de nombreux vernissages, performances et animations rythmeront ces journées des vendredi 12, samedi 13, dimanche 14 et lundi 15 octobre. Quatre jours qui feront vivre la devise culturelle de Montreuil : « Montreuil, arts et cultures en liberté ! » Cette initiative coordonnée par la Ville de Montreuil donne l'opportunité aux artistes confirmés ou émergents de rencontrer le public, et favorise les décloisonnements entre les publics, mais aussi, entre les disciplines et les pratiques. Par cette volonté politique de soutien envers tous les artistes, Montreuil affirme un projet global dont l’objectif est de favoriser et de valoriser la création tout en facilitant son accès au plus grand nombre en veillant à attirer de nouveaux publics, souvent éloignés des dispositifs culturels classiques ou contemporains. Durant les Journées portes-ouvertes, le Centre Tignous d’art contemporain deviendra le point d'accueil et d'information du public et restera ouvert durant quatre jours de 14h à 19h. Les visiteurs pourront y trouver renseignements ou suggestions de parcours. Les espaces d'exposition du Centre Tignous d'art contemporain seront bien entendus ouverts avec : Les agents se créent », exposition regroupant des artistes de Montreuil proposée par Mathilde Ayoub. Et pour que l'art rayonne à Montreuil et haut-delà, les participants sont invités à partager leurs coups de c½ur sur Twitter et Instagram avec le hashtag #Montreuilart2018.
Programme complet des POAA 2018 et agenda évolutif avec localisation des ateliers :
http://www.montreuil.fr/

Sauf précisions contraires, les ateliers sont ouverts du vendredi au lundi de 14h à 20h. Si un vernissage est prévu, sauf mention contraire, il a lieu le vendredi soir.

Centre Tignous d’art contemporain 116, rue de Paris, à Montreuil - M°9 Robespierre - Tél. : 01 71 89 28 00 -
Ouverture exceptionnelle durant les POAA 2018, tous les jours de 14h à 19h. Entrée libre.
Contact presse : Barbara Lux, attachée de presse du Maire Patrice Bessac / 06.80.51.66.26 – barbara.lux@montreuil.fr Jean Tilloy, attaché de presse de la Ville de Montreuil / 06.63.12.85.10 / 06.30.71.80.07 / 01.48.70.60.38 – jean.tilloy@montreuil.fr

Situation du Foyer Bara de Montreuil : réquisition des anciens locaux de l'AFPA

26/09/2018

Le mercredi 26 septembre au matin, les résidents ont trouvé refuge dans les anciens locaux de l’AFPA.

Créé en 1968 pour accueillir des travailleurs migrants, le site historique du foyer Bara est devenu vétuste et insalubre. En 2013 un protocole de desserrement du foyer a été signé afin de permettre la démolition et reconstruction de ce lieu historique de Montreuil.
Deux résidences sociales ont déjà été ouvertes en 2015 et 2016. Depuis deux ans, la ville de Montreuil propose à l’État d’utiliser les locaux vides de l’AFPA, situés à Montreuil et propriété de l’État, afin d’héberger de façon temporaire les derniers résidents dans des conditions décentes. Malgré les alertes répétées et les propositions faites par la ville, l’État est resté sourd. Face à cette défaillance de l’État et pour répondre aux conditions de vie des résidents, travailleurs migrants en grande majorité, le maire de Montreuil a pris ses responsabilités et fait valoir son pouvoir de réquisition. Le mercredi 26 septembre au matin, les résidents ont trouvé refuge dans les anciens locaux de l’AFPA. 
  • Télécharger l'arrêté de réquisition
  • Communiqué 26/09/18 - Patrice Bessac maire de Montreuil dénonce les conditions vie inhumaines des résidents du foyer Bara
  • Communiqué 21/09/18 - Pour dénoncer les conditions de vie inhumaines des résidents du Foyer Bara de Montreuil, Patrice Bessac a passé la nuit dernière à leurs côtés

Reportage sur la situation du Foyer Bara